Comment apprendre à écouter l'un l"autre ?

Comment apprendre à écouter les autres et pourquoi cette compétence est-elle si importante ?

La communication est importante pour la vie humaine car elle permet aux gens de se connecter, d’apprendre de nouvelles choses et de partager des expériences. Le dialogue est l’expression de ses propres pensées et l’écoute attentive des paroles d’une autre personne. Cependant, l’écoute active implique plus que le simple silence ou un hochement de tête.

La personne à qui vous parlez peut avoir quelque chose d’important à dire. Si vous ne communiquez pas de façon adéquate, vous risquez de ne pas comprendre l’essence de ce que l’autre personne dit, de mal interpréter ses pensées et de tirer des conclusions erronées.

Mais est-il possible d’apprendre à écouter? Qu’est-ce dont vous avez besoin pour cela? Quelle est la bonne façon de le pratiquer?

Qu’est-ce que la capacité d’écoute ?

La compétence d’écoute est le processus actif de perception des informations d’une autre personne afin de mieux comprendre des événements, des phénomènes ou des situations. Cette compétence distingue les leaders des autres personnes. Le fait est que la réussite dans la société dépend directement des capacités de communication d’une personne. La capacité d’écoute est un élément important de la communication, car elle permet de mieux comprendre l’essence d’une conversation, de pénétrer dans les pensées de l’interlocuteur, d’interpréter correctement le contexte de ce qui est dit.

La capacité d’écoute définit l’efficacité de la perception des informations extérieures, car les gens essaient souvent d’argumenter au cours d’une conversation, de défendre leur position, de s’exprimer sans chercher à entendre leur interlocuteur. La conversation idéale est celle qui mène à la synergie, à la complémentarité mutuelle, à la recherche de la vérité. Si celui qui s’engage dans le dialogue veut seulement en dire plus, alors c’est un bavardage inutile, sans aucun bénéfice.

Il est important d’être capable d’écouter, mais aussi d’entendre ce que l’autre personne dit. Bien que ces mots soient très similaires, leur essence est radicalement différente. Vous pouvez écouter le bruit d’une chute d’eau, le bourdonnement des moustiques, la radio dans la pièce voisine, mais ne percevoir absolument pas ces sons comme une source d’information. L’écoute est un processus volontaire qui implique une participation active à la communication. Ils échangent des informations, les analysent, vont au cœur de ce qui est dit et le comparent à leurs propres expériences ou opinions.

14 secrets de l’écoute active

Comme toute compétence, l’écoute est quelque chose qui peut être pratiqué et amélioré. Pour devenir un meilleur interlocuteur, suivez ces règles simples.

1. Se relaxer

Le débit verbal excessif tend à provenir de personnes tendues. Leurs pensées sont comme un courant violent qui balaie tout sur son passage. Lorsque vous pouvez respirer et vous détendre, il est beaucoup plus facile de maîtriser vos émotions et de laisser votre interlocuteur s’exprimer. La capacité d’écoute dépend donc largement de la capacité à se détendre pendant la conversation.

2. Ne pas interrompre

Au début d’une conversation, vous devez définir clairement son objectif. Si l’objectif est d’obtenir le plus d’informations possible de votre part, vous pouvez parler sans l’interrompre. La plupart du temps, les personnes qui viennent au dialogue veulent obtenir de nouvelles informations. Pour ce faire, il est nécessaire de se taire sans interrompre l’interlocuteur.

  • Premièrement, la conversation peut prendre une mauvaise direction si la personne est distraite.
  • Deuxièmement, la personne peut être distraite et oublier le contenu de la conversation.
  • Troisièmement, de nombreuses personnes considèrent le manque d’écoute comme un manque de respect, ce qui les amène à se retirer de la conversation.

3. Créer un environnement confortable

Pour qu’une personne s’ouvre dans une conversation, elle doit être à l’écoute. Un environnement confortable est essentiel. Si quelqu’un veut apprendre des informations utiles pour lui-même, comme un journaliste lors d’une interview, outre la capacité d’écoute, il doit veiller au confort de son interlocuteur.

En règle générale, il est préférable de communiquer dans des pièces confortables, avec une tasse de café ou de thé, à une température optimale et sans se presser.

4. Faire preuve d’empathie

Les gens aiment recevoir une réponse émotionnelle à leurs paroles. Si votre interlocuteur est assis là, défoncé, sans réaction, il perd rapidement l’envie de parler. À la compétence d’écoute, il faut ajouter la compétence d’échange émotionnel. Il faut répondre à ce que l’on entend, en encourageant l’autre à continuer à parler.

5. Supprimer les distractions

Des choses apparemment insignifiantes peuvent ruiner une conversation même agréable. Les téléphones portables qui vibrent régulièrement, le bruit dans la rue ou dans la pièce voisine, la lumière du soleil qui vous fait loucher, le flux d’air froid du climatiseur, une odeur désagréable dans la pièce.

Voici une liste de facteurs qui peuvent réduire le désir de communiquer ou d’absorber des informations. En plus de la capacité d’écoute d’une personne, une autre personne doit être d’humeur à exprimer ses pensées.

6. Etre patient

Les gens sont différents, et ils diffèrent dans presque tous les domaines – de leur vision du monde à leur capacité à exprimer leurs pensées. Il est important pour l’auditeur d’apprendre la patience afin que ses émotions ne l’influencent pas, soit en l’oppressant, soit en le provoquant à des tirades de colère. Le calme, la gentillesse et une attitude positive contribuent à faire parler même la personne la plus récalcitrante.

7. Capter des changements dans le ton de la voix

Parfois, la charge significative ne porte pas tant sur l’essence de ce qui est dit que sur la manière de parler, les changements d’intonation de l’orateur. L’écoute consiste à capter les plus petits détails de la voix elle-même. Après tout, une même phrase peut avoir des significations différentes. Par exemple, faire l’éloge, le sarcasme, l’ironie, humilier ou exalter. C’est particulièrement clair en chinois, où beaucoup de choses dépendent du ton.

8. Maintenir l’impartialité

De nombreuses choses, phénomènes et événements peuvent être interprétés de deux manières. Pour certains, ils sont positifs, pour d’autres, ils sont neutres ou même négatifs. Par exemple, les supporters de football peuvent devenir des ennemis s’ils semblent soutenir des clubs différents.

Il en va de même lors de conflits politiques, religieux ou autres. Par conséquent, lorsque vous écoutez les autres, il est préférable de ne pas révéler votre propre attitude à l’égard de la question. De cette manière, on peut connaître l’opinion des autres et entretenir des relations amicales.

9. Etre bienveillant

C’est difficile de s’ouvrir à l’ennemi. Chacun d’entre nous adopte une posture défensive face à un adversaire. En revanche, les personnes bien intentionnées et polies sont toujours polies. On veut leur parler, parler de quelque chose, les consulter dans des situations contradictoires. Pour écouter, il faut mettre les gens à l’aise, gagner leur confiance et encourager un dialogue ouvert.

10. Être intéressé

Rien ne « libère » la langue d’une personne comme l’intérêt de l’orateur. Si nous voyons que quelqu’un est réellement intéressé par un sujet qui nous concerne, nous sommes prêts à lui en dire beaucoup plus que nous n’en dirions à n’importe qui d’autre. Pour quelqu’un qui veut développer ses capacités d’écoute, il est très important de s’exercer avec des personnes vraiment intéressantes. Mieux encore, essayez de vous impliquer davantage dans n’importe quel sujet de conversation, afin d’élargir votre vision du monde et d’affiner vos compétences en matière de dialogue.

11. Ne dépêcher pas sont interlocuteur

Les différents tempéraments ou types de personnalité diffèrent dans la vitesse à laquelle ils traitent et reproduisent les informations. Cela dépend aussi de la mentalité, de l’éducation, de l’instruction et du niveau de connaissances de chacun. Il faut parfois être patient pour écouter l’autre, sans le brusquer, car trop de précipitation le déprime et l’empêche de se concentrer.

12. Surveiller le langage corporel

Outre l’intonation, la posture, les expressions faciales et les gestes d’une personne en disent long sur ses pensées. L’écoute nécessite une observation. Le langage corporel est très éloquent, surtout pour ceux qui ont appris à le lire. C’est pourquoi la communication en direct est tellement plus importante que les autres formes d’échange d’informations.

L’auteur d’un livre peut cacher ses émotions tout comme une personne qui envoie un SMS ou écrit un message sur un réseau social. Mais la personne assise de l’autre côté de la table est complètement ouverte. Vous devez juste apprendre à comprendre la communication non verbale.

13. Poser des questions

L’écoute active implique les deux parties dans la conversation. Les questions sont un élément important de ce processus. Ils aident à trouver plus d’informations, à mieux s’ouvrir à l’interlocuteur, à se souvenir davantage, à expliquer. Les questions ouvertes qui offrent des réponses détaillées et étendues, plutôt que les habituels « oui » ou « non », font l’affaire.

14. Analyser ce qui est dit

Pour en revenir à la distinction entre « écouter » et « entendre », le deuxième mot est une analyse de ce qui est entendu. Les mots d’une personne peuvent n’être que du bruit ou être une source d’informations précieuses si vous apprenez à les traiter, en isolant les moments clés, comme des pierres précieuses dans une roche.

L’homme est subjectif dans sa perception du monde. Tout ce qu’il voit, entend ou ressent se prête à une analyse rigide, étant ajusté aux normes d’un « censeur » interne. Vous devez filtrer ce que vous entendez, le comparer à vos propres connaissances et expériences, et essayer de l’intégrer à votre propre vision du monde, en l’élargissant et en l’augmentant.

Pour conclure

En utilisant activement ces 14 techniques, une personne deviendra un interlocuteur agréable aux yeux des autres, et apprendra à tirer le meilleur parti de tout dialogue. Il est important de se souvenir de ces conseils en se les rappelant inconsciemment avant chaque conversation. De même, pour développer et améliorer les compétences d’écoute, la lecture d’ouvrages traitant de ce sujet sera très utile.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez pour noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas de notes pour l'instant! Soyez le premier à noter cet article !