Comment développer son empathie ?

Comment développer son empathie ? Types, exercices et bienfaits de l’empathie

Que ressentez-vous lorsque vous regardez un reportage sur une attaque terroriste ou une catastrophe naturelle ? Votre cœur souffre-t-il pour les victimes ? L’empathie est la capacité de compatir, de comprendre les sentiments et les pensées d’une autre personne et de voir le monde à travers ses yeux. Et c’est une compétence que vous pouvez développer.

Qu’est-ce que l’empathie ?

L’empathie est la capacité de résonner avec les sentiments d’une autre personne. Lorsque nous rencontrons une personne joyeuse, nous sourions. En voyant quelqu’un qui souffre, nous souffrons avec lui.

Mathieu Ricard, un moine bouddhiste qui a été qualifié d’homme le plus heureux du monde.

Être capable d’empathie enrichit une relation avec les autres. Lorsque nous sommes en mesure de comprendre ce que vivent les autres, nous pouvons établir un lien plus profond avec eux. L’autre personne sentira que nous l’acceptons telle qu’elle est.

Il est important qu’ils voient que nous les comprenons vraiment et que nous ne nous empressons pas de les rassurer, de les encourager ou de les conseiller. Le fait d’être présent et de se mettre à l’écoute des sentiments de l’autre personne peut être un soutien, mais il ne faut pas dire des choses comme « Ça va aller ! ». Après tout, comment savoir si elle le fera ?

Certaines personnes sont naturellement plus empathiques que d’autres (les narcissiques, par exemple, en sont dépourvus), mais d’autres facteurs influent également sur l’empathie. Par exemple, nous sommes plus enclins à éprouver de l’empathie pour ceux qui nous ressemblent, ainsi que pour ceux qui, selon nous, ont un comportement éthique.

Les types d’empathie et leurs avantages

Afin de mieux comprendre le bon type d’empathie, qui vous sera utile au travail et dans la vie, vous devez séparer les concepts. Paul Eckman a proposé de diviser l’empathie en 3 types :

  1. Emotionnelle : faire preuve d’empathie et ressentir les émotions d’autrui.
  2. Cognitive : comprendre les émotions d’un autre avec son esprit.
  3. Altruistique : aider un autre, parfois même à son propre détriment.

Parmi ces trois types d’empathie, le premier et le deuxième sont les plus utiles.

L’empathie émotionnelle est l’empathie des relations proches, qui est utile avec les amis les plus importants (pas tous en même temps), les parents, les partenaires dans les relations amoureuses, les enfants. Si le premier type d’empathie vous est plus utile au travail et dans les affaires, où seule la compréhension suffit, le second est plus nécessaire pour créer un cercle proche confortable et des relations solides en son sein.

L’empathie cognitive est une empathie neutre où vos sentiments ne sont pas affectés. C’est l’empathie avec votre tête. Ce type d’empathie est utilisé par les leaders charismatiques, les entrepreneurs, les managers, les vendeurs qui ont besoin de comprendre les émotions des autres à des fins professionnelles. En outre, les compétences en matière d’empathie cognitive sont excellentes non seulement pour les personnes émotives, mais aussi pour les psychopathes/narcissiques/sociopathes qui ne ressentent pas eux-mêmes d’émotions profondes, mais discernent les nuances chez les autres.

Par où commencer pour développer le bon type d’empathie ?

Commencez par vous débarrasser de vos anciennes perceptions et réapprenez la compétence de l’empathie en suivant les bons scripts dès maintenant. Ne vous placez pas au-dessus des autres dans ce processus, ne vous apitoyez pas et n’essayez pas d’ennoblir qui que ce soit. Position pour l’empathie : « L’autre personne vit des émotions, elle y a droit. Je peux les comprendre et nous faire sentir mieux sur un sujet quelconque : travail, personnel, amour, affaires. »

Appelez à haute voix les émotions de votre interlocuteur

Si vous êtes en train de négocier ou de parler à un ami et que vous entendez qu’il n’est pas impliqué, qu’il est inquiet ou en colère, prenez l’habitude de faire une pause et de nommer son émotion à voix haute.

Par exemple, vous pourriez dire : « Je comprends votre incertitude … ». Il s’agit d’un bon entraînement pour comprendre l’émotion de l’autre personne et la façon dont elle affecte le cours de votre communication.

Comprenez la nature de l’émotion

Ensuite, vous devez deviner la raison de cette émotion. Par exemple : « Oui, je comprends que vous vous sentiez anxieuse pour l’enfant qui passe l’examen maintenant, car vous vous inquiétez pour son avenir. »

Cela fonctionne d’une manière magique. La personne se détend, commence à vous écouter plus attentivement. Lorsque vous parlez d’un processus émotionnel, vous le déchargez du subconscient au niveau de la conscience. Et l’émotion dont vous parlez et que vous emmenez dans le processus cognitif, perd de sa force.

Constituez un « compte bancaire émotionnel »

Grâce à une empathie régulière, vous développerez un compte bancaire émotionnel. Le compte bancaire émotionnel entre vous et les autres change tout le temps : s’il y a plus de points négatifs, il diminue, et s’il y en a plus, il augmente.

Comment la façonner de manière ciblée ?

Faire des compliments, vivre ensemble les moments heureux et tristes, et faire preuve d’empathie régulièrement pour que l’autre se sente compris et entendu. C’est la voie à suivre pour établir des liens solides dans les affaires et la vie personnelle.

Exercices pour développer son empathie

Des expériences ont montré que même une brève formation à l’empathie peut donner des résultats. Ce que nous pouvons faire par nous-mêmes pour cultiver cette compétence importante :

1. Lorsque vous demandez à quelqu’un comment il va, soyez très attentif à sa réponse, qu’elle soit verbale ou non verbale. Souvent, le langage corporel et le ton de la voix en disent plus que les mots.

2. S’il répond : « C’est bon » ou donne une autre réponse courte, posez une question de clarification : « Non, sérieusement, qu’est-ce qui se passe avec vous ? ».

3. Écoutez non seulement avec votre esprit mais aussi avec votre cœur, faites confiance à votre intuition. L’empathie est un travail de l’âme.

4. Concentrez-vous sur la conversation, n’essayez pas de faire autre chose. Mettez le téléphone de côté, établissez un contact visuel, adoptez une posture ouverte (ne croisez pas les bras).

5. Essayez de comprendre ce que les mots et les expériences de votre interlocuteur signifient pour lui et laissez-le arriver à sa propre conclusion sans lui imposer votre opinion.

6. Ne déplacez pas l’attention sur vous-même, par exemple en disant ce que vous feriez dans une situation similaire.

7. Montrez à l’autre personne que vous l’entendez et que vous avez de l’empathie pour elle. Par exemple, vous pourriez répéter ce que vous comprenez de ses paroles : « Je comprends – vous vouliez vraiment réussir dans cet emploi, mais vous avez été licencié, vous êtes terriblement bouleversé et vous ne savez pas comment vous allez joindre les deux bouts. Sa réaction vous permettra de vérifier si vous avez vraiment bien compris son état.

8. Rappelez-vous que vous pouvez prendre l’opinion de l’autre personne au sérieux et avec respect, même si vous n’êtes pas d’accord avec elle.

9. Développez votre curiosité pour les gens. Essayez d’imaginer les expériences passées de la personne, réfléchissez à la façon dont elle est arrivée à ses habitudes et à son mode de vie actuels, à ce qu’elle désire le plus. En d’autres termes, essayez de vous mettre à leur place. Lire des romans avec des personnages bien développés vous aidera également à mieux apprendre à voir le monde d’un point de vue différent.

10. Entamez des conversations avec des inconnus, par exemple dans une file d’attente dans un magasin. Soyez curieux, essayez d’apprendre quelque chose de nouveau. Essayez de remarquer à temps si un étranger n’est pas d’humeur à parler en respectant ses sentiments, vous faites également preuve d’empathie.

11. Elargissez votre cercle de communication. L’objectif est d’apprendre à mieux comprendre les personnes issues de cercles sociaux différents. Évitez les jugements hâtifs et les stéréotypes. Cherchez d’abord des points communs avec vos nouvelles connaissances, puis regardez les différences.

12. Faites attention à vos propres réactions émotionnelles et à votre langage corporel pendant les conversations. Est-ce que votre cœur bat la chamade ? Vous sentez-vous exalté ou avez-vous des difficultés ? Observez-le avec la même empathie que celle dont vous faites preuve envers les autres.

13. Entraînez-vous à être moins égocentrique et plus attentif à votre environnement immédiat : personnes, bâtiments, voitures, parcs, sons. Imaginez que vous êtes un détective qui recueille des informations.

14. Recherchez des possibilités de bénévolat. Il y a tellement de gens autour de nous qui ont besoin d’aide ! En faisant du bénévolat, vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur des catégories de personnes auxquelles vous n’aviez peut-être pas pensé auparavant. En développant l’empathie, vous pouvez contribuer à soulager la souffrance des autres et à guérir les blessures dans un monde qui manque d’empathie et de bonté.

Quand l’empathie peut être nuisible ?

Tous les psychologues ne considèrent pas l’empathie comme un bien absolu. Quand il y a trop de compassion, cela a des conséquences fâcheuses.

L’état de « fatigue empathique » est bien connu des personnes exerçant une profession d’assistance : travailleurs de la santé, bénévoles, secouristes, avocats. Si vous êtes constamment en empathie avec les émotions de quelqu’un d’autre, vous risquez, au fil du temps, de vous sentir vide, épuisé émotionnellement et physiquement et de vous épuiser au point de sombrer dans la dépression.

Tu n’as pas besoin d’être empathique tout le temps. Faites-le quand vous aurez suffisamment de ressources pour vous soutenir. La règle de sécurité lors d’un vol en avion fonctionne ici : « mettez d’abord le masque sur vous-même, puis sur l’enfant ».

Prenez d’abord soin de vous, faites le plein d’énergie, puis aidez les autres. Donc au lieu d’une empathie radicale, vous choisissez de pratiquer une compassion rationnelle.

Socrate a dit que la voie de la sagesse et du bonheur passe par la connaissance de soi.

L’introspection est en effet nécessaire, mais en allant au-delà de votre propre personnalité et en découvrant les émotions des autres, vous pouvez également en apprendre beaucoup plus sur vous-même.

L’empathie ouvre de nouvelles possibilités pour construire des interactions humaines, réduit l’intensité des émotions négatives et des conflits, donne un sens à la communication et conduit finalement au changement social.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez pour noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas de notes pour l'instant! Soyez le premier à noter cet article !